Partagez | 
 

 Don F. Draper - Fear stimulates my imagination

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar
Messages : 7
MessageSujet: Don F. Draper - Fear stimulates my imagination   Mer 2 Mai - 2:46


Donald Francis Draper
ft. Jon Hamm
↘️ carte d'identité
Je m'appelle Donald Francis Draper mais bien souvent on m'appelle Don Draper, et même si je ne les fais pas, j'ai 35 ans. Mais cela reste entre nous. Je suis né(e) à Boston aux Etats-Unis. Pour passer le temps je suis Directeur Créatif dans une entreprise de publicité et je suis à  Paris depuis quelques jours je suis hétérosexuel, si jamais cela t’intéresse je suis célibataire. Je suis issue de la classe Moyenne sans pour autant me considérer comme un homme riche et j’appartiens au groupe Été.

↘️ caractère
Minimum 5 défauts et 5 qualités - Don Draper c'est un certain goût pour les Lucky Strike, le whisky et les femmes. Il lui arrive d'être violent mais avec les mots, réprimant la violence physique du fait d'un passé chargé de coups. Don refoule beaucoup de problèmes personnels par des pirouettes comme son infidélité. Don est un homme cependant chevaleresque à certains égards. Il est fidèle professionnellement parlant et respecte les femmes. Il n'est d'ailleurs pas du genre à écouter les bruits de couloir et sera même plutôt du genre à défendre la veuve et l'orphelin.

↘️ anecdotes
Minimum 5 Don c'est l'archétype de l'Homme Blanc Américain issue de la classe moyenne post-seconde-guerre-mondiale s'étant vite enrichie après la guerre. C'est un self-made man fumant des cigarettes américaines en mâchant du chewing-gum. Le tout dans un costume super beau à 2,000 dollars.
derrière l'écran
pseudo | prénom
Quel âge as-tu ? 18 ans Comment es-tu arrivé jusqu'à nous ? Eh bien... Il semblerait que je sois à l'initiative du forum avec notre Danae nationale Comment trouves-tu notre forum ? De mon avis d'administrateur totalement neutre, je dirais PAR-FAIS. A quelle fréquence penses-tu nous rendre visite ? Tous les jours! Un petit mot pour la fin ? Je suis amoureux de Paname (du béton et du macadam) Bref un petit résumé sur toi histoire de te connaître un peu plus  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 7
MessageSujet: Re: Don F. Draper - Fear stimulates my imagination   Mer 2 Mai - 2:52

Fear stimulates my imagination
Quoi de mieux que de naître en plein cœur de la guerre mais loin du front? Naître dans une autre famille que les Draper, assurément. Pourtant ce choix n'avait pas été permit à Don qui était sorti de l'origine du monde de sa mère, une Draper.
Don était né à Boston et il y avait vécu jusqu'à ses 25 ans. On ne pouvait pas dire que le premier quart de siècle de sa vie était le meilleur. Son père était parti dès 1917 sur le front laissant une femme droguée et deux jeunes sœurs sans chef de famille. Mais à deux ans, il était bien difficile d'être le chef qu'aurait rêvé la famille Draper alors, à défaut, Don se contenta de l'amant de sa mère qui au début n'était qu'un client pour payer sa dose de morphine et qui finit par rester en voyant la détresse de la femme. L'homme était bon avec Don et ce dernier conclut même par l’appeler Onc' Sam dans un balbutiement mignonnet.

En Novembre 1918, peu après la signature de l'armistice, le père de Don rentra de son périple. Il était marqué à vie de cette guerre qui l'avait changé. Il était devenu un homme violent et buvant à outrance. Il était loin de l'homme beau, brave et fort que sa mère avait dépeint et l'idylle de ce couple joyeux n'était plus. Francis, car c'était son nom, avait été meurtrit de la guerre, des gueules cassées, de la Somme... La der des ders avait eu raison de lui. Francis travaillait sur les chantiers navals de Boston et dilapidait son argent dans l'alcool. Don avait du cesser l'école pour travailler et payer les factures et les dettes de son père. Pourtant, ce n'était pas assez pour le père qui battait en plus son fils "car il n'allait pas à l'école". Un cercle vicieux qui dura jusqu'à ce que Donald ai l'âge de rendre les coups. Comme si cela ne suffisait pas, son père trempait dans des trafics de contre-bande d'alcool depuis le port de Boston durant la prohibition et plusieurs fois il avait finit ses nuits en cellule sans jamais être inculpé -au grand désespoir de son fils-, la chance de ceux qui ne la mérite pas.

A dix-huit ans, le jeune homme s'entendait passablement avec son père, leurs relations stériles étaient la conséquence d'un passé peu glorieux. Si Francis avait cessez ses activités illégales du fait de la levée de la prohibition, il buvait à présent plus et même en public. Il avait perdu son travail sur les chantiers, conséquences du Krach de '29 qui arrivait "enfin" jusqu'à l'industrie navale.
C'était à Don de tout financer et il avait du mal à trouver du travail durablement jusqu'en 1937 où, avec le New Deal, Don eu l'occasion de travailler pour New Balance pendant trois ans avant d'être de nouveau renvoyé en 1940, le New Deal ayant ses limites. Don, lassé de Boston et de sa vie prit son baluchon et parti pour New York durant l'été 1940. Il travailla comme coursier pendant un an mais la guerre ne meurt jamais. En 1941 les Etats-Unis rentrèrent en guerre aux côtés des alliés contre le fascisme. Don avait toujours été curieux de voir si la guerre était si horrible que son père, dans un moment de lucidité, lui avait raconté. Non sans un sentiment patriotique, Donald Francis Draper s'enrôla dans l'armée. Dans un premier temps, Don avait été envoyé dans le pacifique où il servait dans la Navy mais en 1944 il est envoyé sur le front Européen et dut participer au débarquement de Normandie.

A la fin de la guerre, il découvrit Paris libérée et trouva la ville magnifique. Il hésita un instant à rentrer à New York mais toute sa maigre vie l'attendait là-bas. Alors, le cœur chargé, il quitta la France, il quitta Paris.
De retour aux Etats-Unis après la guerre, il voulait retourner à Boston pour se réconcilier avec son père mais il apprit que Francis était mort en 1943. Alors, Don fit une nouvelle folie et resta à New York où, alors qu'il livrait un colis pour une société publicitaire, il se fit remarquer par un des patrons d'une agence de publicité car il lui dit en lui tendant un colis:
Et voilà, le monde à temps.

Une phrase d'apparence anodine mais qui fit pourtant réfléchir le patron. Au terme de vingt minutes de discussion qui lui valu vingt minutes de retard sur ses autres livraisons et un licenciement, il voulu l'engager à l'essai en temps que créatif. Don accepta et commença son travail chez Powell Cooper & Partners. En 1947, soit deux ans après son entrée dans l'agence, il devint Directeur Créatif de Powell Cooper & Partners et travailla notamment pour Lucky Strike, Chrevolet, TWA et d'autres grandes marques emblématiques des Etats-Unis. En 1949, il apprit que Powell Cooper & Partners était en déficit en partie causé par Andrew Powell, le fils d'un des deux fondateurs de la boite, qui prenait régulièrement dans les caisses de l'agence depuis six ans déjà. Début 1950, McCann Erickson, une des plus grandes agence publicitaire de Madison Avenue et du monde, racheta Powell Cooper & Partners mais Don ne voulant pas travailler pour "cette usine à saucisse", décida de partir. Ne sachant pas trop où allé, il décida de se rendre à Paris dès Juin 1950 honorant, donc, une promesse qu'il s'était fait cinq ans plus tôt.


Dernière édition par Donald F. Draper le Mer 2 Mai - 19:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AUTOMNE
avatar
Messages : 93
MessageSujet: Re: Don F. Draper - Fear stimulates my imagination   Mer 2 Mai - 8:46

bounce

Je t'ajoutes sur la PA quand tu auras terminé ta fiche Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 7
MessageSujet: Re: Don F. Draper - Fear stimulates my imagination   Mer 2 Mai - 12:11

Ouiiii, j'vais me presser pour toi cocotte Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HIVER
avatar
Messages : 31
MessageSujet: Re: Don F. Draper - Fear stimulates my imagination   Jeu 3 Mai - 8:28

Welcome ( ça fait bizarre de dire ça à un admin^^)

_________________
Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Don F. Draper - Fear stimulates my imagination   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don F. Draper - Fear stimulates my imagination
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] Vous devez inventer avec votre imagination !
» [Story] Federation of Fear 10
» [Story] Federation of Fear 3
» [Story] Federation of Fear : Chapitre 7
» 2010 - Ellowyne Wilde - Boo Who

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
That's 50's show :: Sur le parvis de Notre Dame :: I.D :: Les Validés-
Sauter vers: