La poésie est la conscience d'un monde passé et d'un monde à venir

avatar
Friedhelm Winter
Messages : 67
Profil Académie Waverly
Ven 4 Mai - 9:04
La poésie est la conscience d'un monde passé et d'un monde à venir

La dernière fois que Friedhelm avait vu Paris cela était en août 1944 le jour lors de la libération de Paris. Il se voit encore assit dans son bureau alors que les résistants Français et l'armée Américaine débarquer dans la Kommandantur qui était située à angle de la rue du 4-septembre et de l'avenue de l'Opéra. Dans le bureau voisin il pouvait entendre les cris et les coups de feu qui raisonnaient il avait 29 ans et il ne savait pas si il devait prendre la fuite ou resté. Mais il y avait Juliet, et celle-ci lui avait fait la promesse de l'attendre à Londres. C'est en dernière minute que Friedhelm avait pris la fuite en embarquant avec lui ses faux papiers alors que des Français allaient se jeter sur lui sans doute pour lui faire la peau. Et c'est la peu au ventre qu'il avait disparu dans Paris pour Londres....

À présent cela fait 5 mois que Friedhelm était à Paris et en 6 ans, Paris avait beaucoup changé et s'était reconstruit. Marchant dans les ruelles, Friedhelm avait cette boule au ventre. Il avait toujours la crainte qu'on le reconnaît ou qu'on veuille s'en prendre à lui. Dans son travail il avait de grande responsabilité et il était loin d'être un ange... À cause de lui beaucoup de personnes sont mortes. S'arrêtant devant Notre Dame, Friedhelm la regardait longuement il était fasciné par une architecture aussi grandiose faite il y a 605 années. Poursuivent son chemin, c’est après 15 minutes qu'il arrivait à la grande bibliothèque. Marchant dans les allées, il ne savait que choisir il y avait tellement de livre. Mais son choix s'arrêtait sur « les grands classiques d'Arthur Rimbaud ». Friedhelm était assis il y a quelque minutes qu'une femme commençait à le dévisager, il essayait de l'ignorer mais son regard était perçant et son visage ne lui semblait pas inconnu mais il ne se souvenait plus dans quelle situation il l'avait rencontré. Se levant, il approchait de la bibliothécaire qui plaçait un tampon dans son livre puis Friedhelm quittait la bibliothèque. Après être sorti il s'asseyait sur les marches du bâtiment et commençait son livre tout en profitant par la même occasion de la douceur du soleil printanier.
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Solange BeauclairAUTOMNE
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Ven 4 Mai - 10:40
La poésie est la conscience d'un monde passé et d'un monde à venir



Solange avait passer une mauvaise journée au salon. Une cliente trop capricieuse avait réussis à la faire tournée en bourrique. Elle soupira doucement et ferma la porte de son salon de coiffure avant de s’aventurer dans les rues de Paris. Enfin elle pouvait souffler. Elle décida de passer à la grande bibliothèque pour se détendre un peu. Solange aimer énormément aller à la bibliothèque. La bas elle pouvait être elle même. Déambulant entre les allées, le sourire aux lèvres,les yeux émerveiller à chaque fois. On aurais dit une enfant de 6 ans.

Il y avait tellement de choix qu'elle ne savais choisir. Poésie ? Elle avait presque tout lu. Mais tans pis ! Rimbaud oblige.Elle remarqua une oeuvre qu'elle n'avait jamais vu. " Les Étrennes des orphelins " Elle pris le recueils de poèmes entre ses mains et commença à le feuilleter. Alors qu'elle était gentiment assise, elle remarqua un étrange homme qu'elle avait déjà vu. Mais ou ? Sa tête lui disait vaguement quelque chose. Elle le fixa de ses grands yeux noisettes. L'inconnu finis par sortir. La brune hésita un instant puis s'avança vers la bibliothécaire pour qu'elle lui place tampon dans son livre puis sortit à son tour, espérant le revoir.


☆☆☆ Beerus
avatar
Friedhelm Winter
Messages : 67
Profil Académie Waverly
Sam 5 Mai - 12:27
La poésie est la conscience d'un monde passé et d'un monde à venir

Friedhelm avait tellement vu de personne qu'il ne pourrait se rappeler d'elles et ne voulant pas que l'on se rappelle de lui il préférait ne prendre aucun risque, voilà pourquoi il avait pris la « fuite ». Assit sur l'une des marches de l'escalier, Friedhelm se plongeait dans la lecture de son livre sans trop prêter attention à ce qui se passait autour de lui.

Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie,
Verse l'amour brûlant à la terre ravie,
Et, quand on est couché sur la vallée, on sent
Que la terre est nubile et déborde de sang ;
Que son immense sein, soulevé par une âme,
Est d'amour comme Dieu, de chair comme la femme,
Et qu'il renferme, gros de sève et de rayons,
Le grand fourmillement de tous les embryons !


Ce sont les pas de chaussure féminine sur l'escalier qui le tirait de sa lecture. Levant le nez de son livre, Friedhelm regardait autour de lui avant de lever son regard. Il dut plisser les yeux dus au soleil pour apercevoir la jeune femme qu'il avait croisée quelques minutes plus tôt à la bibliothèque. Silencieux, il observait la jeune femme sans rien dire non pas qu'il  ne voulait pas lui parler mais il ne savait pas quoi lui dire. Mais son attention fut attirée par le livre qu'elle tenait entre ses mains.

Vous... aimez Rimbaud...

Demandait-il en essayant de dissimuler son accent Allemand chose qui n'était pas facile.
Codage par Libella sur Graphiorum
avatar
Solange BeauclairAUTOMNE
Messages : 33
Profil Académie Waverly
Dim 6 Mai - 18:08
La poésie est la conscience d'un monde passé et d'un monde à venir



Solange regarda de tout les côté espérant le revoir. Le soleil ne lui facilitant pas la tâche. Il fessait particulièrement beau aujourd'hui.Une voix la fit sursauter légèrement. Elle regarda en face elle et aperçut l'inconnu de tout à l'heure. Il avait un accent allemand. La brune s'avança doucement vers lui, un peu méfiante. Il lui parlais de Rimbaud.

-Pardon.. ? Oh oui.. J'aime beaucoup Rimbaud.  Vous.. Vous êtes allemand ?

Solange lui fit un petit sourire et s'approcha plus de lui.

-Vous aussi apparemment ! "Soleil et chair" de Rimbaud.

Et tout croît, et tout monte !
Ô Vénus, ô Déesse!


Vous aimez la littérature française ?



☆☆☆ Beerus
avatar
Friedhelm Winter
Messages : 67
Profil Académie Waverly
Mar 8 Mai - 7:50
La poésie est la conscience d'un monde passé et d'un monde à venir

La jeune femme lui confirmait qu'elle aimait Rimbaud et cela le fit sourire mais très vite il le perdit quand elle lui demandait si il était allemand mais en guise de réponse il fit un simple signe positif. Il faut dire que cela ne passait pas inaperçu avec son accent. La regardant s'avancer vers lui, elle lui fit une situation de « Soleil et chair » malheureusement il ne l'avait pas encore lu.

Je... ne l'est pas encore lu.

Dit-il avant de répondre à sa question.

Oui, beaucoup. La langue Française est très... jolie et très... riche. Pas comme en Allemand.
Codage par Libella sur Graphiorum
Contenu sponsorisé
Profil Académie Waverly